2017 sur les FairWays de Cape Town !


Et de 11 !

 

11 années consécutives que je fais confiance à mon ami Éric pour son organisation sans faille de nos balades golfiques. 11 ans à essayer de jouer le mieux possible pendant 10 jours, tout en secondant notre G.O. favori dans l’organisation, la préparation des petit-déj’, et bien évidemment pour ceux qui me connaissent, la réalisation quotidienne de quelques images animées pour vous permettre de suivre jour après jour nos balades, tant sur les fairway... qu’en off lorsque la décence le permet bien sûr.

 

Ce millésime 2017 sera différent à plus d’un titre.

 

Premièrement la destination, puisque cela fait plus de 15 ans qu'Éric nous emmène aux États-Unis, et que cette année il en a été décidé autrement. 

 

Le millésime 2016, et les déboires rencontrés en Floride n’y sont très certainement pas pour rien.

En effet, nous avons essuyé l’année dernière, tous les problèmes que nous n’avions jamais eu pendant 15 ans.

Des retards dans les avions, la grippe qui a cloué chacun d’entre nous au moins deux jours avec 40 de fièvre, un temps très maussade, voire exécrable certains jours, et des Américains de plus en plus latins, à essayer de nous la refaire chaque fois que l’occasion se présentait.

 

En prime, la qualité des parcours floridiens était bien en deçà de ce que nous avions vécu 10 ans auparavant.

Alors voilà, c’est dit, fuck le Ricains, fuck Donald ! Nous changeons de destination.

 

Et je crois que nous n’allons pas le regretter, puisque nous mettons le cap sur l’Afrique du Sud. Nous saluons au passage ne partenaire Tour Operator Golf Plus Voyage.

 

Comme les années précédentes, vous verrez s’affronter 2 équipes de 8 joueurs.

 

Les vainqueurs sans conteste de l’an passé sont les Tigers, qui conservent le même nom d’équipe, le même capitaine, et à un joueur près la même constitution (On ne change pas une équipe qui gagne ndlr), puisque nous avons intronisé quand même un roukie :  Phil.

 

Côté Chicken, le mercato a été plus douloureux.

Pas moins de quatre de ses joueurs de l’an passé ont été remplacés. Bien sûr il y a les fidèles, comme JCCricri, Pimpon et puis ce vieux briscard d’ami, voué à sa cause devant l’éternel, je veux parler de Sir Bobby. Même si l’année dernière j’avais réussi à l’avoir dans notre équipe au risque d’hypothéquer ma maison et celle de mon capitaine, cette année le contrat n’était vraiment pas dans nos moyens, Bobby retourne servir son Capitaine Chicken.

Et une fois de plus, nous ôtons notre casquette et nous nous inclinons bas, devant notre Maître à Tous…

 

Bobby ! On t’aime !

 

* * *

 

Les formules de jeu retenues sont à quelque chose près les mêmes que l’année dernière.

 

Sept parties de stroke play en net, pour un classement individuel, et deux parties de  match-play, pour agrémenter le classement en équipe, et laisser retomber la pression pendant 24 heures.

 

Bien sûr, les strokes play quotidiens, rapporteront également des points à chacune des équipes.

Le règlement complet vous sera diffusé dès validation définitive de la commission sportive.

 

Nous aurons droit à une journée OFF, qui n’a pu être insérée qu'au 7èm jour, le début du séjour risque donc d’être physiquement impactant et décisif pour la gagne.

 

Au-delà de la destination, le mode d’hébergement diffère également de toutes les autres éditions précédentes.

En effet, cette année, nous logeons dans une pension de famille, où chacun aura un lit confortable, où le petit déjeuner sera préparé par notre hôte, ce qui permettra à votre serviteur et chicken de dormir une heure de plus tous les matins.

 

Sur certains golfs, il est de coutume en Afrique du Sud, de faire un break de 20 minutes pour une petite collation à mi-parcours. Cela nous évitera également de préparer des sandwiches comme vous en aviez l’habitude.

 

Enfin, contrairement à l’année dernière par exemple, où chaque golf que nous avons joué était à moins d’une demi-heure de la villa, nous risquons fort de faire quelques milliers de kilomètres pendant notre séjour, puisque nous aurons quelques virées de plus d’une heure pour aller chercher le TEE numéro un.

Ceci dit, les paysages que nous allons traverser rendront ses heures de route sans doute très agréables. Enfin… Pour les passagers.

Car là-bas, on roule à gauche, on passe les vitesses avec la main gauche, heureusement qu’ils ont gardé l’accélérateur à droite.

 

Je suis donc très heureux de vous retrouver encore une fois pour vous relater en temps réel notre virée sud-africaine, et comme d’habitude, vous pourrez commenter à discrétion, dans le groupe ouvert à cet effet sur facebook ou ici pour ceux qui n'ont pas encore décidé de rentrer dans le 3em millénaire technologique.

 

Merci à toutes et à tous de suivre nos aventures,

vous ne devriez pas être déçus !

 

Votre reporteur et ami ….

 

Nono.